Cercle de Lecture

CERCLE DE LECTURE     17 septembre 2018

Nous étions une dizaine à la reprise de la saison 2018-2019 du Cercle de Lecture.

Philip ROTH, écrivain américain, mort le 22 mai dernier, auteur de 28 romans, accède à la reconnaissance internationale grâce à son best-seller : « Portnoy et son complexe » paru en 1969.

Nous, ce livre, nous lui réservons un accueil très mitigé. Il nous faut aller au-delà des scènes choquantes de vulgarité, voire de pornographie pour apprécier la satire féroce de la religion juive incarnée par une maman castratrice. Alexander se confie (sous forme de monologue) à son psychanalyste pour décrire sa lutte incessante entre ses obsessions sexuelles et ses hautes aspirations professionnelles. Un livre subversif mais aussi rempli d’une tendresse amère sur la population juive américaine des années cinquante.

«  Un homme » . Le narrateur, insatisfait de sa carrière, étudie son rapport à la douleur physique, à la mort, au destin ... Ce roman relate une histoire familiale et nous a autrement plus convaincu du talent de Philip ROTH.

« La pastorale américaine » . Ce roman apprécié par certains, qualifié de laborieux par d’autres, à remporté le prix Pulitzer. C'est une réflexion sur l’identité américaine à travers l’histoire des années 1940-1960. Des "passages thématiques" évoquent fort bien des points précis: l'idéal américain du self made man; la vanité, la bêtise des poseurs de bombes; la valorisation du travail manuel avec une extraordinaire description du travail du gant; La solitude; les dérives sectaires; la description des villes abandonnées, désindustrialisées; la précarité des destins collectifs ... Le livre se termine par une réflexion désabusée, désespérée même, sur les idéaux américains.

« Le rabaissement » . C'est un regard implacable sur nos illusions, la marche du temps, les tourments dus au vieillissement. La lecture en est aisée.

L’œuvre de Philip ROTH forme une vaste fresque entre fiction et autobiographie dont les thèmes récurrents sont traités de façon ironique et clairvoyante: les tumultes de la sexualité, le poids de l’histoire et son héritage, la hantise de la désagrégation du corps et de la mort, la place du judaïsme ...

A travers ces livres, l’Amérique nous étonne par ses contradictions, son conservatisme et aussi sa grande violence. Ils décrivent un univers qui nous semble difficile d'accès pour la sensibilité européenne.

D’autres livres ont retenu notre attention : « La symphonie du hasard » de D. KENNEDY , « L’africain » de J. M. LE CLEZIO (on est l’enfant de son lieu de naissance), et «Les portes du bonheur » de C. BOISSEL.

Prochain rendez-vous le lundi 26 novembre 2018, 14 heures, salle communale avec Eugénie Grandet de Balzac. Fidèles à nos habitudes, d’autres romans de Balzac et nos divers coups de cœur seront discutés.

Bonne lecture

 

 

 

 

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Accessibilité